terre de liens normandie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Porteurs de projet Aire d'Alimentation de Captage

 

L'agriculture Bio pour protéger notre ressource en eau ?

 

 

Un lien fort entre la ressource en eau et nos sols

(extraits du guide pédagogique des Agences de l'eau: Apprenons l'eau)


Apparue sur terre il y a 3 ou 4 milliards d'années, l'eau est un élément indispensable à la vie sur terre, qui a permis aux premières formes de vie de s'y développer.

De l'évaporation aux précipitations, l'eau effectue depuis son apparition sur notre planète son grand "cycle de l'eau" (Son volume est resté pratiquement le même depuis toutes ces années). La majeure partie de l'eau présente sur Terre est salée (mers et océans) ou solide (glaciers): seule une toute petite partie de l'eau présente est donc disponible pour les êtres vivants - il s'agit de l'eau douce des cours d'eau et des nappes souterraines. L'eau que nous buvons provient de ces deux ressources, souterraines ou superficielles: elle y est captée et prélevée pour les besoins humains (usages domestiques, industriels, agricoles...). (C'est le petit cycle de l'eau)

Le grand cycle de l'eau: d'où vient l'eau sur Terre Le petit cycle de l'eau: prélèvements pour les besoins humains

Source AESN Source Ville de Versailles

 

Au cours de son grand cycle, l'eau retombe sur terre sous la forme de pluies, neige etc: cette eau va s'infiltrer dans le sol et sous-sol, en circulant dans les pores et les fissures des roches (on parle de roches réservoirs ou aquifères), oui bien elle ruisselle sur le sol jusqu'aux rivières et autres réserves dites "superficielles".Lors de ces étapes, l'eau va se charger en minéraux naturellement présents dans les sols, mais aussi des micro-polluants issus notamment des activités humaines.                                                                                                               Pour en savoir plus : une vidéo pédagogique réalisée par l'AESN et Normandie TV

Un sol pollué va ainsi générer des eaux à la qualité dégradée: les activités humaines situées autour des réserves d'eau auront donc un impact et sur les sols, et sur la ressource aquatique.

Origine des pollutions par les phytosanitaires - Source CROPP Rhône-Alpes

 


L'agriculture a ainsi un impact direct sur la qualité des eaux... et sa pollution !

Utilisatrice d'intrants dont les excès se déversent dans les rivières et s'infiltrent dans les nappes phréatiques, l'agriculture lorsqu'elle s'est intensifiée est devenue une activité à risques pour l'environnement, et notamment la qualité de l'eau. A l'utilisation de ces intrants s'ajoutent d'autres risques tels que les déjections animales qui se sont fortement concentrées dans les zones de production intensives, ou encore l'utilisation excessive de la ressource pour certaines cultures très gourmandes en eau comme le maïs, et donc coûteuse en irrigation.                                       En savoir plus : source ENS

Il y a plus de 33 000 captages d'eau potable en France : 2/3 à partir des nappes souterraines, un tiers à partir d'eaux de surface. Sur le Bassin Seine-Normandie, sur 11000 captages référencés, ce sont 5000 qui sont destinés à l'alimentation en eau potable des collectivités (source AESN). L'eau captée pour la consommation humaine doit répondre à certaines normes de qualité pour être produite puis distribuée pour la consommation humaine.

Pour être considérée comme potable pour l'homme, la Directive-Cadre Européenne sur l'eau impose des normes de qualité pour toutes les eaux de captage, notamment par rapport à la teneur en nitrates ou en pesticides. En France, ce sont 8,5% des captages du territoire qui dépassent l'un ou l'autre de ces critères.

Diverses méthodes sont alors employées pour que l'eau distribuée réponde elle aux normes de qualité : traitements de dépollution, mélange d’eaux de différents captages ou abandon de captages trop dégradés. Les pollutions d'origine agricole sont ainsi majoritairement responsables de la fermeture de certains captages , et les traitements pour éliminer les polluants d'origine agricole sont complexes et onéreux, voire difficiles à appliquer.  Guérir plutôt que prévenir génère donc des coûts importants pour la collectivité.

On estime ainsi à 55 milliards d'euros les coûts générés par les pollutions agricoles aux produits phytosanitaires pour traiter la pollution des eaux   (source ministère du Développement Durable)

 

55 milliards d'euros: c'est également le budget de la Politique Agricole Commune...

(l'Europe dans son ensemble semble devoir faire face aux mêmes préjudices causés par son agriculture sur ses ressources en eau...  voir article)

 

 

Prévenir plutôt que guérir : se tourner vers l'agriculture biologique ?


Cultures sans engrais chimiques ni produits phytosanitaires de synthèse, un cahier des charges qui protège la ressource en eau : les modes d'agriculture biologique sont une réponse pour préserver la qualité de nos eaux.     

Pourquoi l'agriculture Bio protège la qualité de l'eau:

 

En savoir plus : eau et agriculture bio

Chiffres clés, cahiers des charges: le dossier très complet édité par le réseau bio

 

 

retour